Le Vivant.Lois physiques.Lois métaphysiques.Nouveaux regards.Liens et références.
Qui je suis
Que savons-nous du Vivant ?
Tilleulc.JPG
Le théorème d'incomplétude (voire hiérarchie enchevêtrée)

C'est un théorème démontré par le mathématicien Kurt Gödel  :
Tout système formel (logique et rationnel) contient au moins une proposition indécidable  :
w
aucun système cohérent ne peut être complet  ; il existe des vérités impossibles à démontrer.
w
aucun système complet ne peut être cohérent  ; une chose et son contraire peuvent être vraies.
Ce théorème qui appartient à la plus dure des sciences dures- l'arithmétique- s'applique aussi à beaucoup d'autres domaines et en particulier à l'être humain quand il parle à la première personne. Je sais qu'il y a des choses vraies inconnaissables rationnellement pour moi.
Marie Balmary ne dit pas autre chose dans son livre La Divine Origine.

Les limitations logiques et rationnelles

Cette incomplétude est peut-être due à l'utilisation de notre logique binaire  :

ou bien oui, ou bien non.

Et si l'on explorait la logique quaternaire, ça donnerait  :

ou bien oui, ou bien non, ou bien et oui et non, ou bien ni oui ni non  !

 

Je classe les humains en 2 catégories : d’une part ceux qui mangent le pain fabriqué par un boulanger ; d’autre part ceux qui fabriquent eux-mêmes le pain qu’ils mangent. Questions : où classer les boulangers ?  Où classer ceux qui ne mangent pas de pain ?

 

Si vous voulez aller plus loin, consultez donc Le Secret de la Lettre de Ryad.

Le développement de cette logique tétravalente aurait pour origine une lettre postée à Ryad. Elle donnerait une piste pour la compréhension du cosmos  !

La science incomplète

Mise à jour le 3/03/2016

Plan du site

La physique quantique est née il y a plus d'un siècle. Elle a permis de rendre compte d'expériences de laboratoire qui étaient totalement incompréhensibles dans le cadre de la physique classique. Son domaine de prédilection est celui de l'infiniment petit, le milliardième de millimètre c'est à dire l'échelle de l'atome et des particules élémentaires (photon, électron, proton, neutron etc.). C’est voir une fourmi à l’échelle de la France !
La difficulté soulevée est que les propriétés de la matière révélées par cette théorie sont hallucinantes et farfelues  ; elles défient le sens commun. Les tentatives pour leur trouver une signification raisonnable ont toutes échouées depuis un siècle  ; en revanche les expériences pour essayer de prendre en défaut la théorie n’y sont jamais parvenues. La majorité des physiciens se sont résignés à ne pas comprendre : calcule et tais-toi  !
Nous verrons que certains courageux, acceptant de sortir du dogme du déterminisme, proposent une vision cohérente de cette physique ; notre vision du monde s'en trouve alors totalement bouleversée  !
 La dualité onde-corpuscule
La lumière est-elle une onde qui se propage comme une vague à la surface de la mer ou bien une pluie de grêlons s'abattant sur un arbre  ?  Les deux mon général.
La lumière que l'on croyait être uniquement un rayonnement se révèle être aussi dans certaines expériences un bombardement de grains : les photons.
Pareillement l'électron, ce corpuscule que, dans mes livres de chimie, j'ai vu tournoyer autour du noyau de l'atome, se révèle aussi parfois être un rayonnement.
Comment être à la fois une vague et un grêlon  ?
Ce n’est peut-être pas plus surprenant que l’eau qui se montre tantôt solide, tantôt liquide, tantôt gazeuse, tantôt plasma !
 Le rôle actif de l'observateur
Quand personne ne la regarde – quand aucun dispositif ne cherche à déterminer où se trouve la particule  – elle est             
décrite par une fonction d'onde. C'est bien abstrait, on peut même se demander si la matière alors existe vraiment  !
Dès qu'un observateur intervient, cette particule se manifeste soudain. Nouvelle bizarrerie, l'endroit où elle apparaît n’est pas déterminé ; les équations n'indiquent qu'une probabilité de localisation.
Nous verrons que cette indétermination est peut-être la trace d’une forme rudimentaire de liberté, de conscience !
 L'état superposé
À l'état d'onde, plusieurs particules peuvent s'additionner. Chacune garde son identité, mais elles sont mélangées  ; elles sont dans un état « superposé ». Imaginons ce que cela donnerait si cette loi s'appliquait à notre échelle  : une porte est à la fois ouverte et fermée, une toupie tourne dans un sens et dans l’autre etc.. Et dès que quelqu’un regarde, la porte est instantanément ou bien ouverte, ou bien fermée, la toupie tourne dans un seul sens etc.
Si en regardant l’univers, au lieu de penser matière, on avait à l’esprit la notion d’onde, on comprendrait très bien que l’onde sonore d’un piano et d’un violon jouant ensembles ne forme qu’une seule onde et que l’on peut quand même porter son attention sur l’un ou l’autre de ces instruments.
 La non séparabilité
Deux particules jumelles (qui ont interagi à un moment donné) et qui s'éloignent l'une de l'autre, restent en communication instantanée (c'est à dire plus vite qu'à la vitesse de la lumière, ce qui est impossible d'après la relativité générale d'Einstein) quelle que soit la distance qui les sépare. Cela suggère déjà qu'il se passe quelque chose hors de l'espace et du temps.
 Incompatibilité macro/micro
Dernière énigme  : comment se fait-il qu'à notre échelle toutes ces particularités ne se retrouvent pas alors que nous-même et les objets qui nous entourent ne sont qu'un empilement, certes en nombre considérable, de ces particules élémentaires aux propriétés si extravagantes  ?   Mystère.
Les énigmes de la physique quantique