Le Vivant.Lois physiques.Lois métaphysiques.Nouveaux regards.Liens et références.
Qui je suis
Que savons-nous du Vivant ?
Tilleulc.JPG

Connaître

C’est avec les outils dont il dispose (instabilité, ressources de l’environnement, causalité circulaire, émergence , hiérarchie enchevêtrée) et eux seuls, que le vivant doit trouver des comportements adaptés à ses propres besoins et faire face aux menaces comme aux opportunités de son environnement dont il subit les évolutions.

Si le vivant n’avait, comme par exemple une rivière qui est aussi un système dynamique ouvert, qu’un comportement strictement passif (attendre que la nourriture lui tombe dans la gueule au moment opportun), il serait en général un système non viable.

Son comportement actif et relativement bien adapté aux circonstances est rendu possible par la plasticité de sa structure. En utilisant l’image de l’usine, face à l’irruption d’une nouveauté dans l’environnement, l’usine peut se construire de nouveaux réacteurs qu’elle relie de manière nouvelle, en tâtonnant jusqu’à retrouver une nouvelle stabilité dynamique (un nouvel état stationnaire).

Le nouvel état du système est compatible avec le nouvel environnement ; il est clair qu’il n’en est nullement la transposition . Il ne lui correspond pas, au sens où les doigts du gant correspondent aux doigts de la main.

En effet le vivant reste enfermé dans et par les boucles dynamiques qui le constituent. Il ne sait rien d’intrinsèque sur ce qui lui est extérieur ; il sait simplement qu’il a trouvé une structure qui ne lui est pas contradictoire.  En effet, la seule chose qu’il puisse vraiment savoir, c’est ce que le monde extérieur n’est pas !

Aussi étonnant que ça puisse paraître, c’est une connaissance nouvelle que le système a acquis en se transformant et en changeant de structure pour s’adapter à la perturbation imposée par son environnement.

En effet la connaissance n’est pas la transcription interne d’une donnée extérieure (paradigme de l’ordinateur) mais l’accession à un état global de tout le système vivant compatible avec cette donnée. Cette connaissance mélange donc des éléments propres au système avec d’autres propres à son environnement.

En conséquence, deux vivants ayant nécessairement des histoires différentes, donc des structures différentes, et abordant une même perturbation de leur environnement, inventeront des changements de structure différents : ils ne donneront peut-être pas la même signification à la même perturbation extérieure.

« Connaître », c’est se transformer

Plan du site

Mise à jour le 03/05/2010

... La relation entre des structures biologiques viables et leur environnement équivaut en fait à la relation entre des structures cognitives viables et le monde empirique du sujet pensant.

Ernst von Glasersfeld   Introduction à un constructivisme radical in L’invention de la réalité

La science est un système organisé de croyances.

Jean-Pierre Petit