Le Vivant.Lois physiques.Lois métaphysiques.Nouveaux regards.Liens et références.
Qui je suis
Que savons-nous du Vivant ?
Tilleulc.JPG

La liaison Esprit/Matière

Mise à jour le 11/12/2014

Depuis des milliers d’années, les pratiquants connaissent les bienfaits de la méditation, et la recherche scientifique commence aujourd’hui à mettre en évidence ses effets positifs sur la physiologie humaine.

On a récemment découvert que le cerveau modifie de lui-même ses structures selon les sollicitations qu’il reçoit : les circuits fréquemment utilisés se consolident et se développent ; ceux qui servent peu s’étiolent et rapetissent. Cette souplesse du cerveau est appelée neuroplasticité ou plasticité cérébrale.

Jusqu’à présent, la neuroplasticité avait été étudiée sur des concertistes ; on a ainsi mis en évidence que la répétition quotidienne de mouvements identiques qu’implique la pratique d’un instrument de musique entraîne une modification des structures cérébrales. Très récemment, plusieurs universités américaines ont conduit le même type de recherche sur de grands pratiquants qui avaient à leur actif quelque 40 000 heures de méditation. Le protocole de cette recherche comportait différentes pratiques de méditation. Les résultats furent probants et montrèrent :

•   un haut niveau d’activité dans les parties du cerveau qui contribuent à former les émotions positives, comme le bonheur, l’enthousiasme, la joie et la maîtrise de soi ;

 

 

La Recherche Scientifique sur la Méditation

http://www.rigpa.org/index.php/lang-fr/enseignements/extraits-darticles-et-de-publications/autres-articles-et-publications.html

• un niveau d’activité moindre dans les parties du cerveau reliées aux émotions négatives, comme la dépression, l’égocentrisme, le manque de bonheur ou l’insatisfaction ;

•   un apaisement de la zone du cerveau qui déclenche la peur et la colère ;

•   la capacité à atteindre un état de paix intérieure même lorsqu’on est confronté à des circonstances extrêmement perturbantes ;

•   une aptitude inhabituelle à l’empathie et à l’écoute profonde des émotions d’autres personnes.

Il est intéressant de constater que, lorsque les pratiquants méditaient sur la compassion « sans objet, qui pénètre tout », les régions du cerveau chargées de planifier l’action étaient actives, comme si les pratiquants, pleins d'assurance, étaient prêts à aller au secours des personnes en détresse.

Ces résultats semblent montrer que l’entraînement de l’esprit à la méditation peut jouer un rôle capital sur les fonctions cérébrales : il ressort en effet de ces recherches que les tendances émotionnelles peuvent être modifiées et les penchants destructeurs amoindris.

Les expériences de méditation

Plan du site