Le Vivant.Lois physiques.Lois métaphysiques.Nouveaux regards.Liens et références.
Qui je suis
Que savons-nous du Vivant ?
Tilleulc.JPG

Mise à jour le 23/01/2010

Économie et politique

La démocratie représentative ...  de qui ?

Je me souviens d’une émission sur Arte présentant une simulation d’élection. Il s’agissait d’un scrutin à deux tours. Étaient précisés en pourcentage les appréciations du corps électoral par rapport à chacun des cinq candidats en lice, non seulement les préférences mais aussi le degré de répulsion vis à vis de chacun d’eux. Puis cinq modes de scrutin ont été utilisés. Toutes ces données de départ étaient plausibles.

Résultat de ces cinq simulations : à chaque mode de scrutin a correspondu l’élection d’un candidat différent ; ils ont chacun des cinq été élus ! Bien sûr, les préférences des électeurs ont été ajustées pour qu’il en soit ainsi, mais une idée forte émerge : la principale fonction d’une élection n’est pas d’exprimer la volonté populaire mais de désigner des élus qui s’imposent indiscutablement à tous. C’est le principe fondateur de l’hétéronomie. En poussant le bouchon un peu loin, on pourrait économiser beaucoup d’argent en organisant les élections par tirage au sort sous contrôle d’huissier. Serait-ce moins « démocratique »  que ces scrutins récents où l’élu du second tour exerce seul le pouvoir après avoir recueilli moins de 55 % des voix et même moins de 35 %  si l’on se réfère aux électeurs inscrits ?

Plan du site

La boucle perverse du cycle électoral

La vie des hommes politiques est une course pour le pouvoir. Quand un parti obtient la majorité des voix, il « gagne » les élections. Les autres partis les « perdent » et sont cantonnés à « s’opposer », en général de manière bête et méchante ; il est vrai qu’ils n’ont guère la possibilité d’être écoutés, même quand ils formulent des propositions intelligentes ; l’obsession de la réélection, qu'ils soient « gagnants » ou « perdants » dicte leur comportement ! Les opinions minoritaires n’ont aucune existence légale or toute nouvelle vision du monde commence nécessairement par une expression minoritaire.

Les électeurs dans tout ça ? Un mal nécessaire qu’il faut caresser dans le sens du poil. Capter les voix du Front National ou des classes moyennes, est-ce vraiment ça être au service des citoyens ?

En résumé, l’organisation hétéronome de la société conduit les élus :

d’une part à exercer le pouvoir, c’est à dire à avoir la capacité d’imposer leur volonté par la force, ce qui maintient les citoyens en état de subordination,

 d’autre part .à chercher à conserver ce pouvoir ce qui les conduit à transformer leur fonction en carrière professionnelle, voire en dynastie.

C’est d'ailleurs ce même mode de fonctionnement que l’on retrouve grosso modo dans toutes les organisations pyramidales de nos sociétés, les syndicats, les églises etc..

Dans ces conditions il est impossible que la mutation vers une société autonome vienne de la classe politique ou des corps constitués.

Il reste donc à compter sur le citoyen de base.

Le citoyen autonome