Le Vivant.Lois physiques.Lois métaphysiques.Nouveaux regards.Liens et références.
Qui je suis
Que savons-nous du Vivant ?
Tilleulc.JPG

Connaître

On ne voit pas qu’avec ses yeux !

Abandonner les schémas erronés

Le schéma que nous avons tous en tête concernant le fonctionnement de la vision est qu’il existe des objets à l’extérieur de l’organisme vivant ; l’oeil en capte une image ; le nerf optique transmet cette « information » sous forme d’impulsion électrique au cortex visuel par l’intermédiaire du corps genouillé latéral ; l’image, tel un fichier électronique, est ensuite traitée pour déclencher éventuellement un comportement adapté. C’est le paradigme de l’ordinateur.

Voilà à titre d’illustration le schéma parodique qu’en donne Varela pour représenter César regardant un aigle : dans une série de processus linéaire, l’image projetée sur la rétine est transmise au cerveau, stockée, comparée aux images déjà enregistrées, traitée, ce qui déclenche un ordre de prononcer le mot « aigle ».

Sauf que le mécanisme à l’oeuvre est bien différent !

Pour approfondir ce nouveau regard, se reporter au livre de Francisco Varela : Autonomie et Connaissance dont on peut télécharger ici le chapitre X, La marche pour chemin .

Centre de
la vision
Oeil
Corps
genouillé
Objet 

externe

Les lois physiques du vivant le conduisent à utiliser des processus bien différents de ceux qu’on lui attribue généralement. Nous allons explorer ce que la vision n’est pas et quels sont les processus à l’oeuvre.

Centre de
la vision
Oeil
Corps
genouillé
Objet 

externe
Colliculus
supérieur
Hypo
thalamus
Formation
rét. méd.
20%
20%
20%
Noyau Péri
géniculé

et faire travailler tout le cerveau

L’anatomie du système visuel n’est pas celle décrite ci-dessus. Les connexions entre les neurones correspondent plutôt au schéma ci-contre. Moins de 20% des impulsions « traitées » par le centre de la vision proviennent de la rétine ; c’est à dire que la grande majorité provient d’ailleurs. Le flux électrique qui circule dans les neurones est organisé en réseau clôt sur lui-même et non pas en flux linéaire.

Quand César pense voir un aigle, il a trouvé dans son cerveau un état stationnaire, issu des états stationnaires déjà expérimentés par lui quand il a été confronté dans le passé à la vision d’un aigle, mélangé à d’autres références passées (à la manière de la madeleine de Proust) ... et intégrant quand même un peu d’impulsion venant de sa rétine.

Plan du site

Mise à jour le 18/02/2010