Le Vivant.Ses lois physiques.Lois métaphysiques.Nouveaux regards.Liens et références.
Qui je suis
Que savons-nous du Vivant ?
Tilleulc.JPG

La hiérarchie enchevêtrée

La simulation sur ordinateur

Les biologistes, les premiers, ont tenté vers les années 1980 de simuler sur ordinateur le comportement du vivant. Le temps du calcul n’est pas continu comme notre temps vécu, mais discontinu : on procède à un calcul sur l’état t0 du système pour obtenir l’état t1 ; puis nouveau calcul pour passer de t1 à t2 etc.

Ce système est composé d’un nombre réduit de constituants ; toutefois sa dynamique dispose de nombreux paramètres d’ajustement. En construisant ce modèle, les biologistes avaient bien évidemment en tête l’image d’un organisme vivant  le substrat représente la nourriture, le catalyseur représente l’ADN, la chaîne représente les tissus des organes et la désintégration représente la mort de la cellule.

Les ingrédients sont les suivants :

Et ça marche ! Voilà par exemple le résultat d’une simulation sur les 7 premiers stades d’un calcul. En partant d’une grille sur laquelle se trouve uniquement du substrat et un catalyseur, on parvient rapidement à la constitution d’une enveloppe fermée, retenant le catalyseur à l’intérieur, capable de se déplacer, pouvant reconstituer son enveloppe en cas de mort d’un constituant de cette enveloppe ... pendant un certain temps;

Tout ceci mime de façon assez convaincante ce que l’on observe chez les êtres vivants!

Mais pour y parvenir, encore faut-il que les variables d’ajustement du calcul soient choisies à l’intérieur d’un domaine de variation très étroit. La potentialité de la vie nécessite la présence des composants évoqués ci-dessus et quand les réglages dynamiques sont judicieusement choisis (vitesse de déplacement du substrat, probabilité de dissociation etc.) sa survenue effective se produit systématiquement.

Comme l’a si bien écrit le biologiste Henri Atlan, si la part de l’aléatoire est insuffisante, le système se fige ; il est incapable  de s’adapter en créant du nouveau : c’est la mort du cristal. Si l’aléatoire devient trop puissant, le système ne parvient pas à trouver une régularité cyclique ; il se disperse et plus rien de stationnaire ne peut exister : c’est la mort de la fumée.

La vie est cet équilibre instable entre le cristal et la fumée. Nos règles de vie commune, que ce soit à l’échelle de la famille, de la ville ou de l’état, nécessitent un savant dosage d’ordre (de conservatisme, de routine) et de désordre (de fantaisie, de déviance).

Matière
Présence sur une grille d’un substrat O et d’un catalyseur *
Production de composants
Les éléments contigus O et O en présence du catalyseur * forment un composant ۞
Attachement
Deux composants ۞ et ۞ peuvent former une chaine ۞-۞
Désintégration
Tout composant peut se désintégrer
Dynamique
Diverses règles strictes régissent la dynamique

Plan du site

Mise à jour le 10/01/2010