Le Vivant.Ses lois physiques.Lois métaphysiques.Nouveaux regards.Liens et références.
Qui je suis
Que savons-nous du Vivant ?
Tilleulc.JPG

L’ordre à partir du chaos

 

Qu’est-ce qu’un système ?

Un système est un ensemble dynamique d’éléments interconnectés par des processus.

Tous les mots sont importants :

 

L’examen de systèmes physiques simples permet d’identifier et de comprendre les phénomènes qui se passent de manière analogue dans les systèmes vivants.

 

Il y a deux types de système :

 

Les systèmes vivants sont des systèmes ouverts.

Les photos ci-contre représentent trois systèmes ouverts :

Un d’entre eux est réputé vivant : l’arbre.

Frontière et identité d’un système ouvert

Considérons la bougie.

Où est la frontière entre ce qui est la bougie et ce qui n’est pas la bougie ? La flamme, assurément fait partie de la bougie. Mais le gaz brûlé et chaud produit par la combustion ? On considère implicitement qu’il n’en fait pas partie si l’on allume une bougie décorative. En revanche il en fait partie dans le cas d’une bougie chauffe-plat. La planète Terre fait-elle partie de la bougie ? Évidemment non, a t’on tendance à répondre. Cependant la force que l’attraction terrestre exerce sur les gaz chauds, et donc moins denses, provoque leur évacuation vers le haut et en conséquence l’arrivée d’air neuf plus riche en oxygène par le bas de la flamme ; la terre, par la force d’attraction qu’elle exerce,  fait bien partie du système bougie : il est impossible d’allumer une bougie en apesanteur, dans une capsule spatiale par exemple.

Un système ouvert, vivant ou non, n’a pas de frontière. La frontière que nous lui attribuons habituellement est fonction de l’oeil qui regarde et non du système lui-même.

 

Considérons maintenant l’Ariège à Pamiers.

Qu’est-ce que la rivière Ariège ? L’eau que l’on voit couler bien sûr ! Mais ce n’est jamais la même eau qui passe sous les ponts. L’Ariège, c’est aussi ses galets, ses poissons, sa nappe phréatique fluviale, son lit etc. Mais les cailloux se déplacent lors des crues, les saumons remontent toute la rivière pour aller pondre et leur progéniture redescend jusqu’à la mer, la nappe fluviale s’écoule très lentement juste au dessous du lit en régularisant le débit, le lit de la rivière, immobile sur le temps court, est variable en altitude et position sur le long terme, les forêts du bassin versant régulent l’écoulement des eaux en cas de fortes précipitations... Où s’arrêter et que faut-il prendre en compte pour définir l’identité de l’Ariège ? Il n’y a pas de réponse à cette question.

Nous-même, notre propre identité ne se définit pas par nos organes. Après une exanguino-transfusion, une greffe d’organe, une amputation, nous ne changeons pas de carte d’identité. Nous verrons plus loin que cette identité n’est même pas définissable par la manière dont ces composants - évolutifs - sont interconnectés !

L’identité d’un système ouvert n’est pas définissable par ses composants.

Ce que l’on observe dans un système vivant, c’est une forme dynamique provisoirement stable, traversée par un flux de matière et d’énergie.

Plan du site

Mise à jour le 10/03/2010