Le Vivant.Ses lois physiques.Lois métaphysiques.Nouveaux regards.Liens et références.
Qui je suis
Que savons-nous du Vivant ?
Tilleulc.JPG

La physique ou la vie ?

Les phénomène instables sont extrêmement répandus.

La dynamique des systèmes instables ne se formule convenablement qu’au niveau statistique. Au niveau de la physique, les objets fondamentaux ne sont plus des trajectoires ; ce sont des probabilités.

Les mathématiciens ont progressivement enrichi la notion de nombre. Ils ont utilisé d’abord les nombres entiers, puis les nombres rationnels (fractionnaires), les nombres irrationnels, les nombres négatifs, les nombres complexes (imaginaires), les nombres à 4 dimensions (a+ib+jc+kd, les quaternions). Dans l’équation avec l’opérateur U, il semble qu’une nouvelle race de nombres fasse son apparition : les nombres à « densité de probabilité ». C’est une nouvelle vision complexe qui vient se rajouter à la panoplie des outils de la mécanique !

 

Les lois de la mécanique rationnelle sont incomplètes

Seul le présent est créateur

C’est à l’instant précis où le système traverse son instabilité qu’il y a réduction des possibles contenus potentiellement dans le futur et qu’un seul d’entre eux est retenu. Parler d’instabilité pour un être vivant n’a pas une connotation positive. On peut aussi parler de bifurcation comme à la SNCF. Je suggère que l’on évoque plutôt l’instant créateur.

C’est effectivement à la pointe du présent, au moment précis où l’on traverse une instabilité que l’on détermine le futur. Beaucoup de sagesses (comme le yoga) soulignent l’importance de vivre intensément dans le présent. Vivre dans le passé n’est pas vivre ; vivre dans le futur est tout aussi vain.

Cette nouvelle vision de l’imprévisibilité du futur nous permet de revisiter notre rapport à ce futur.

Quelle conception a t’on de l’avenir ?

Suis- je optimiste ou pessimiste ?

Dans un cas comme dans l’autre, cela sous-entend implicitement que le futur est déjà défini et que je le vois rose ou noir. Cette question n’a pas de sens. Le film est dans la cabine de projection et l’optimiste ou le pessimiste cherche à deviner si le héros sera finalement mangé ou pas.

Il y a une autre manière de voir la situation. Le montage du film n’est pas terminé, il existe des bifurcations possibles et c’est moi le spectateur/acteur qui termine le montage au fur et à mesure de la projection.. Je suis acteur, je n’ai qu’une marge de manoeuvre partielle par rapport au futur mais j’en ai une. La vrai question est : est-ce que je l’utilise ou pas ?

Cela suppose que l’on ait dans notre tête une vision du futur qui ne soit pas déterministe ; que l’on ait conscience qu’il y a des bifurcations, des instabilité « presque » partout. Et c’est grâce à ces bifurcations que je vais traverser et sur lesquelles je peux agir, que je contribue, avec les autres, à créer ce futur.

 

Connaître le passé, vivre le présent et anticiper le futur - non pas le prévoir - me semble être la seule conduite raisonnable.

Plan du site

Mise à jour le 10/03/2010